Tome 1 : Premier vol

de Salamanda Drake
illustré par Gilly Marklew
Edition Hachette

9782012013292Depuis toute petite Cara rêve de monter des dragons, et la tentation est forte lorsqu'on travaille dans les écuries de la vallée des dragons où sont élevés les plus prestigieux specimen.

Mais le père de Cara, dirigeant de l'école, s'oppose farouchement au rêve de sa fille depuis la mort de sa femme lors d'une compétition.

Mais un dragon tétu du nom de Voltefeu peut tout faire chavirer... l'amitié qui lie Cara à ce dragon extraordinaire n'est-elle pas plus forte qu'une simple interdiction ?


J'ai trouvé ce roman trés divertissant, néanmoins je lui ai trouvé de nombreux points négatifs...

 


Tout d'abord (n'en déplaise aux impatients) il faudra attendre un peu plus de 150 pages pour que l'histoire commence à devenir quelque peu palpitante... Sachant que le livre contient trés exactement 333 pages il ne reste plus grand chose pour développer cette histoire. L'auteur passe énormément de temps sur des petits détails sans grande importance et en oublie parfois de faire évoluer le récit.


Enfin, d'un point de vue purement matériel, la présentation de l'ouvrage est une pâle imitation-mix de la saga Ewilan de Pierre Bottero, et de Tobie Lolness de Timothée de Fombelle.
Je m'explique... je suis sûre que vous vous souvenez de cette magnifique carte du monde dans lequel évolue Ewilan (il faut l'avouer celle-ci est trés pratique !!!), nous retrouvons le même principe pour l'école des dragons. En effet, une carte représente la vallée des dragons. Mais en pensant que cette fameuse vallée n'est rien d'autre qu'une "ferme" pour dragon cette carte est-elle bien nécessaire ???

Carte du Monde d'Ewilan

ewilan

Pour finir, revenont à Timothée de Fombelle et son petit Tobie. Dans cet ouvrage on retrouve de magnifiques illustrations qui ponctuent les temps forts du récit. Là encore, nous retrouvons le même principe pour l'école des dragons... en moins reussi il faut bien l'avouer ! Les illustrations sont trés jolies mais prennent beaucoup de place et n'ont pas toujours de véritable intérêt (là où celles de François Place pour Tobie Lolness étaient habiles et discrètes) 

En définitive, c'est un récit assez divertissant même si la construction de l'histoire laisse à désirer (entre autre une fin tréééés prévisible), et un effort de présentation honorable mais qui a un petit goût de déja vu...

Illustration de François Place pour Tobie Lolness

tobias11